Nos Nesws

I'm a title. ​Click here to edit me.

Chocolats solibad 🍫

Chocolats solibad 🍫

C'est bientôt le passage du petit lapin dans ton jardin Nous organisons une grande vente de chocolats solidaires en ligne dont tous les bénéfices seront reversés à nos projets Vous souhaitez vous laisser tenter par un peu de gourmandise tout en faisant une bonne action ? Vous avez jusqu'au 12 avril pour faire votre commande. Des chocolats réalisés dans une chocolaterie solidaire et reponsable, par un maitre-ouvrier, c'est se faire plaisir en faisant plaisir ! Comment ? Rien de plus facile : 1- Se connecter sur le site : https://asso.initiatives.fr/
2- Taper le code d’entrée : RKCBFV
3- Faire son choix
4- Recevoir à la maison ! Vos estomacs, vos babines et même nos programmes vous remercieront 😁😁

Bad’agascar

Bad’agascar

Quand le badminton guérit les âmes… Ils sont là, en rond, sous l’un des rares arbres aux feuilles suffisamment larges pour les protéger du soleil. Après plus de 2h30 d’activité intense sous une chaleur de plomb, à la question « Mbola Mazoto ny anohy badminton ve ianao » (Voulez-vous faire du badminton plus régulièrement ?) », tous lèvent la main. La banane accrochée au visage, les yeux pleins d’étoiles. Le programme « Bad’Agascar » est né cette semaine, du rêve un peu fou, tout d’abord, d’une famille Montbéliarde qui a tout plaqué pour venir s’installer au milieu de cette banlieue ultra pauvre de Madagascar, et du pari non moins osé de notre belle Association Solibad, qui croit, comme eux, que le sport a des vertus qui vont bien au-delà de la simple activité physique. Pendant 4 jours, une quarantaine d’enfants ont donc pu prendre part au lancement de ce nouveau programme de Solibad, en partenariat avec cette magnifique jeune ONG, « 2400 sourires » (www.2400sourires.org), nommée après la lugubre statistique du nombre des enfants des rues à Madagascar, troisième pays le plus pauvre de la planète. Tous les jours, de 16h à 18h – parfois plus à leur demande – des jeunes du village de Ambohidratrimo se sont initiés au badminton. Un sport de raquette dont ils n’avaient jamais entendu parler. Forcément. Ici, le football est roi, et tous les enfants, garçons et filles, ont déjà tapé dans ce qu’il reste des ballons d’occasion, le cuir tanné par les coups de sandales – et les tempêtes. A l’appel de l’Association 2400 sourires, donc, ils ont dévalé les pentes de leur village aux cases de tôles et de bouts de bois de fortune et de briques rouges fabriquées dans cette terre ferrugineuse si caractéristique du pays. Et ce, tous les jours, après l’école pour ceux qui y vont, pour se réunir sur un petit terre-plein surnommé pour l’occasion « le terrain de la liberté » appartement à la paroisse tenue par les parents de Romain. Un pasteur et sa femme qui ont donné toute la noblesse au sens du mot charité, en s’installant dans ce village il y a 23 ans, et mettant sur pied un dispensaire médical en plus d’une mine d’activités diverses et variées pour redonner, en plus de services de première nécessité, de la dignité aux habitants. Les filets sont montés, les premiers éclats de rires raisonnent au milieu des rizières qui ont revêtu leur plus beau vert. Les ballons de baudruches sont gonflés, pour appréhender les premiers gestes avec la raquette. Le passage aux volants se passe tout en douceur, et c’est un joyeux bazar acoustique fait d’éclats de rires et de cris de surprise lorsque les volants fusent, qui s’organise bientôt en contre bas du village, sous les yeux envieux de dizaines d’autres enfants, assis en rond autour de la petite zone dédiée à cette toute nouvelle activité. A l’unanimité, le sport, le jeu, est adopté. Certains montrent déjà de belles dispositions, sous les précieux conseils d’une jeune athlète malgache, Miangola Razafinimanana, toute récemment couronnée championne de son pays en double mixte, à 22 ans. Et qui n’a pas hésité une seconde à rejoindre le programme bénévolement, même si elle devait jongler avec ses cours de droits à l’université, ses entrainements à elle, et faire tous les jours près de trois heures de Taxibé supplémentaires… Et là, comme en Haiti, en 2010. Comme en Indonésie, en 2014. Comme en Ouganda en 2016 ou au Rwanda en 2020, la magie opère. Le badminton-guérison fait son office. Prend tout son sens. Dans un premier temps, en l’espace de quelques minutes, il procure de la joie. Un sentiment de légèreté. Les soucis semblent s’envoler – et ils sont nombreux, entre la pauvreté de tous les instants et un cyclone qui s’est abattu sur la capitale, dont un qui a fait des énormes ravages, il y a moins d’un mois. Parmi les plus âgés des enfants présents, Fiena, 16 ans, a vu alors tout un pan de sa maison s’écrouler, l’obligeant, elle, son papa et sa sœur à emménager d’urgence chez des amis, alors que, quelques mois auparavant, elle avait été déjà frappée par un destin capricieux – leur maman ayant abandonné le foyer, sans plus aucun signe de vie, du jour au lendemain. Une histoire parmi tant d’autres ici, dans ce village niché sur les collines rouge-sang où l’intolérable, l’inacceptable, font partie du quotidien. Fiena est là, tous les jours, la raquette à la main, le sourire de tous les instants. Elle se défoule, tape fort, puis tout en grâce lorsque Miangola lui apprend la délicatesse des services de revers. Elle rit à gorge déployée lorsqu’elle manque le volant, dans des postures plus acrobatiques les unes que les autres. Le sport reconstruit. Il permet d’oublier, dans un premier temps. Mais il est bien plus. Le partage avec d’autres, de moments légers. D’apprendre à se concentrer sur une tâche. La coordination des gestes est aussi un moyen d’apprendre à réapproprier son corps. Notamment pour des enfants qui ont été traumatisés par des violences familiales ou climatiques. Il y a la dimension psychologique, aussi. La reprise de confiance. De l’estime de soi à travers des petites réussites, des mini objectifs. Les encouragements, les applaudissements sont pour eux des petites victoires, des petits pas vers la renaissance de l’âme. Romain Lagache, le fondateur des 2400 sourires ne le sait que trop bien, professeur de sport dont la spécialité était l’accompagnement des personnes en situation de handicap. Le sport guérit, c’est un fait empirique. Pour lui, comme pour les éducateurs des programmes Solibad, qui ont bien vu comme ce sport en particulier avait changé le regard que tous ces enfants portaient sur eux-mêmes, puis sur le monde qui les entoure. C’est d’ailleurs l’une des clés de ce nouveau programme qui voit le jour, dans lequel va s’insérer ce partenariat autour du badminton, ici à Madagascar, sous la tutelle de l’Association 2400 sourires. Le reboisement est en cours, un peu plus loin dans la vallée, avant que ne sortent de terre les bâtiments d’un village pour accueillir les enfants des rues de Tananarive. En plus d’une pension, d’une école, le village des sourires accueillera donc une entité sportive, avec, déjà, des promesses de dons en équipement de certains athlètes de haut niveau évoluant en France – le football, l’escrime, l’escalade. Et, donc, le badminton. Avec, pour chacun, des raisons particulières de pratique, pour aider à la reconstruction des enfants. Tout a été pensé minutieusement, par Romain, sa femme Séverine et leurs équipes de jeunes malgaches dévoués, pour redonner à ces enfants abandonnés le goût à la vie, tout simplement. Pour le badminton, l’aventure n’en est qu’à ses prémisses – déjà prometteurs cependant sur l’échelle du plaisir qu’ont pris les bambins. Mais les parties prenantes – Solibad et les Super GO des sourires - ont déjà mis sur papier leur « plan de match ». A la demande générale, les jeunes de Ambohidratrimo vont retrouver au moins une fois par semaine Miangola, mais peut-être aussi quelques autres joueurs de l’équipe nationale, dont Raharison Bigjô, qui est venu prêter main forte sur l’une des séances. Pour commencer à apprendre les gestes de base. Devenir de vrais badistes. Faire du badminton une activité régulière. De l’autre côté de la vallée, dès que le village des sourires sera construit, dans quelques mois, une autre phase du programme « Bad’agascar » devrait alors prendre forme, autour de plusieurs terrains de badminton en intérieur, avec une véritable académie de badminton financée en partie par Solibad. Avec, pour certains d’entre ces enfants des rues, une ouverture nouvelle sur le monde. De nouveaux espoirs. 5 grammes d’émotion… disent-ils. Il y en eu des tonnes cette semaine. Avec le début d’une longue et belle aventure humaine. Et donc, d’un nouveau programme par Solibad en partenariat avec 2400 sourires. « Bad’agascar ». Lien : www.2400sourires.org
Plus d'informations sur le programme Solibad à Madagascar ici : Photos et article : Raphaël Sachetat / Solibad

RECHERCHONS 2 SERVICES CIVIQUES

RECHERCHONS 2 SERVICES CIVIQUES

Solibad recherche 2 services civiques pour l'année 2022, avec des profils variés. Si vous êtes enthousiastes, créatifs, que vous avez envie de vous investir avec une belle association caritative, labellisée "Generation 2024", alors n'hésitez pas ! Nous recherchons donc : - 1 personne pour nous aider à animer nos réseaux sociaux et site internet - 1 personne pour faire le lien entre l'association, nos bénéficiaires, et les clubs, comités et ligues Il s'agit d' emplois avec 25h/semaine, au siège de Solibad (Bry sur Marne, 94), rémunéré à hauteur de 580€ / mois Début souhaité : Si possible Mars ou avril 2022, pour 8 mois. Profil : jeune de moins de 25 ans (ou de moins de 30 ans si en situation de handicap), pas forcément du monde du badminton, mais intéréssé par la solidarité. Motivé(e), créatif (ve) autonome avec de l'humour pour rejoindre une équipe bienveillante et... débordée ! Pour postuler, envoyez nous un CV et une lettre de motivation à : raphael@solibad.net L'Association a reçu le label "Génération 2024", en lien avec les Jeux Olympiques de Paris 2024, et donc les missions seront en lien avec les valeurs de l'olympisme et de l'insertion via le sport. Et un tremplin potentiel vers d'autres missions afférentes aux Jeux Olympiques.

Des news d'Indonésie

Des news d'Indonésie

Malgré la crise du COVID, les programmes en Indonésie se sont organisés autour du petit groupe du bureau de YBK, notre association partenaire sur place. Voici leurs dernières nouvelles. Nous avons plus que doublé le nombre de nos jeunes joueurs depuis décembre 2020, initialement en multipliant le nombre d’entraînements (et donc le nombre de participants), puis en ravivant le team Bintang Opak et en débutant une nouvelle équipe dans le sud de Sumatra. Et nous voici présents dans 6 provinces; il y en a 34…nous avons donc encore de la marge! Nous venons de nous mettre d’accord avec Pk Agung, un prince Balinais, qui vit dans un petit village dans le Centre de Bali. Ils ont deja un terrain (extérieur) de badminton et un espace pour la Maison des Jeunes. Nous débutons aussi dans un village de montagne dans le centre de Java, du côté de Banjarnegara et nous attendons que Yogyakarta réouvre (post Covid) pour débuter notre équipe de para-badminton avec un coach ancien athlète lui-même de para-badminton. Il est sourd, comme le seront la majorité des jeunes qui se joindront à l’équipe, au début. Ils sont impatients de commencer, comme le sont d’ailleurs tous nos 13 jeunes étudiants boursiers qui n’ont pas été a l'école ou la fac depuis mars 2020! Ils ont cours (plus ou moins) en ligne et nous leur donnons nous-mêmes de nombreuses classes pour compenser les manques. Pendant toute cette période compliquée, nous n’avons jamais arrêté de leur donner des cours et, en fait, cela a été une super experience pour tous. Ils sont plus soudés que jamais, ont vraiment appris à s’entraider, à se soutenir l’un l'autre et ont appris de nombreuses compétences de vie, entre autres. Nos équipes de badminton n’ont jamais vraiment arrêté de s’entrainer, de jouer et de s’agrandir. C’est à Yogyakarta que les autorités ont été - et sont encore- les plus restrictives (peut être parce que Yogyakarta est très touristique) et ici, nos équipes viennent juste de reprendre. Nous n’avons toujours pas de nouvelles de la fédération nationale de badminton, rien depuis le printemps 2020. Il semblerait donc que l’équipe Ultimate ne soit pas prête du tout a être reinstituée….le budget par athlète est bien trop élevé (environ 500 Euros/athlete/mois). De plus, dès que les “Jeux Olympiques Indonésiens” (PON - tout les 4 ans, un événement immense qui rassemble plus de 7000 athletes) sont terminés, Novia (sélectionnée pour l’équipe de Lampung) et Dimas font leur demande de visa pour le Canada où ils sont deja signé un contrat de 2 ans comme coachs de badminton dans un grand club de Toronto. Andra, un autre jeune Ultimate, qui n’a pas un potentiel de champion et que nous avions sorti de l’école pour devenir professionnel est de retour avec nous. Il réintègre l’école comme étudiant boursier et devient également assistant coach de badminton dans son ancien club. Étudiants Boursiers - ceux dont nous occupons le plus, parmi les +- 500 jeunes qui participent à nos activités de manière active : Eka ne reçoit de nous qu’un soutien financier partiel. Les autres reçoivent une bourse complète (logement, nourriture, frais de scolarité/fac, soutien dont chacun a besoin,...), s’ils étudient à Yogyakarta. Autres nouvelles: Nous avons reçu la semaine passée la visite de l’Attachée Culturelle de l’Ambassade de France à Jakarta, accompagnée du nouveau directeur de l’IFI de Yogyakarta ainsi que la visite de la Premiere Secrétaire de l’Ambassade de Belgique, accompagnée de 2 consultants de l’Ambassade. Nous avons passé un moment formidable avec eux et ils espèrent pouvoir nous inviter à de nombreux événements organisés par leurs ambassades respectives. Madame Charlotte Esnou, Attachée Culturelle, va très bientôt aller rendre visite aux 10 Bintang de Bekasi. Nous avons également distribué 250 sacs de nourriture aux familles des jeunes qui en avaient le plus besoin, car la situation sanitaire a énormément atteint certaines familles. Nous sommes en train de préparer une deuxième distribution pour les cas en extrêmes difficultés.

Badminton Store rejoint les Cordeurs du Cœur

Badminton Store rejoint les Cordeurs du Cœur

Bonne nouvelle pour la rentrée, Solibad pourra désormais compter sur Badminton Store dans ses rangs de "Cordeurs du cœur”, une action qui vise à reverser 1€ à l'association pour chaque cordage posé. Merci à Vichai de représenter Badminton Store dans cette nouvelle démarche solidaire. Pour l'occasion, une courte vidéo de présentation est à retrouver sur nos réseaux sociaux. Cordeurs réguliers pour les joueurs de votre club ou entreprises spécialisées, n'hésitez pas à cliquer ici pour faire partie, vous aussi, des "Cordeurs du cœur" !

De nouveaux ambassadeurs bientôt révélés !

De nouveaux ambassadeurs bientôt révélés !

À l’approche de la rentrée, Solibad en a profité pour reprendre contact avec plusieurs de ses ambassadeurs. Et pour notre plus grand bonheur, la liste des ambassadeurs continue de s’allonger. Avant de connaître les nouveaux venus, il faudra toutefois faire preuve d’encore un peu de patience ! Un article y sera entièrement consacré dans une prochaine newsletter. Autre tournant dans le soutien des joueurs auprès de Solibad, un engagement symbolique pour une durée de 3 ans. Le calcul ne vous aura certainement pas échappé, 3 ans comme les 3 ans qui nous séparent des Jeux Olympiques de Paris 2024. L’investissement plus régulier de nos joueurs partenaires fera sans aucun doute beaucoup de bien à la communication de Solibad. On a hâte de vous en dire plus !

CLUB DU MOIS - ESM Badminton, à Montgeron (91)

CLUB DU MOIS - ESM Badminton, à Montgeron (91)

Pour la première fois, nous profitons de cette récente rubrique “bénévole ou club du mois” pour mettre non pas des bénévoles mais un club à l’honneur. Et c’est l’ESM Badminton qui ouvre le bal. Présidé par Thomas V., ce club de région parisienne a réalisé plusieurs actions auprès de Solibad. Dernière contribution en date, un don généreux après avoir organisé un tournoi du club “solidaire”, en reversant 1€ par inscription. Avec 162 licenciés pour l’année 2020-2021, le club de l’ESM Badminton, situé dans l’Essonne, nous a montré plusieurs fois son grand cœur. Depuis ses débuts aux côtés de Solibad en 2015 jusqu’à aujourd’hui, le club a été particulièrement investi pour notre association. Sur son site internet et les réseaux sociaux, le club affiche clairement son soutien pour Solibad. Preuve en est, une section dédiée sur leur site ! On y apprend une participation du club aux “Solibad Days”, l’achat d’une banderole Solibad pour plus de visibilité et des reversements de 1€ à l’inscription des licenciés. Plus récemment, c’est un tournoi solidaire organisé par le club qui leur a permis de nous faire don d’une centaine d’euros, le deuxième don en près d’un mois. Une action facile à mettre en place et qui garde son petit effet ! Vous êtes d’ailleurs de plus en plus nombreux à afficher votre soutien pour Solibad de cette façon et on vous en remercie. *** Envie d’aider Solibad mais vous ne savez pas par où commencer ? Notre plaquette des “6 actions pour soutenir Solibad” à destination des clubs et des joueurs arrive très prochainement ! Et qui sait, peut-être que votre club fera notre prochaine une ? Encore merci au club de l’ESM Badminton pour ses belles valeurs et plus généralement, à tous ceux qui contribuent d’une façon ou d’une autre au développement de Solibad.

NEWS - Cap sur les Jeux Paralympiques

NEWS - Cap sur les Jeux Paralympiques

A peine les Jeux Olympiques clôturés que le monde du sport s’apprête à revivre des émotions magiques. Direction Tokyo à nouveau, pour y suivre les Jeux Paralympiques du 24/08 au 5/09. Une première pour le badminton et de belles chances de médailles pour nos Français. David Toupé, engagé en simple et en double aux Jeux de Tokyo Dans quelques jours seulement, six tricolores prendront l’avion pour le sol japonais avec un objectif en tête : tout donner pour ce qui sera la toute première édition des Jeux Paralympiques côté badminton. Et de l’envie, nos Français en ont. Emmenée par Lucas Mazur, double champion du monde en simple et par sa partenaire de mixte Faustine Noël, présente dans les trois tableaux, l’équipe de France peut espérer plusieurs médailles, dont certaines en or. Pour ce qui est de nos ambassadeurs Solibad, nous pourrons compter sur 8 représentants dont 4 Français, Lucas Mazur (simple hommes SL4 et double mixte SL3/SU5), Faustine Noël (simple dames SL4, double dames SL3/SU5 et double mixte SL3/SU5), David Toupé (simple hommes WH1 et double hommes WH1/WH2) et Thomas Jakobs (simple hommes WH2 et double hommes WH1/WH2). Coup de projecteur sur les sensations avant-départ de David Toupé, ambassadeur Français pour les Jeux et engagé auprès de Solibad : “Je me sens prêt, excité. Je n’ai jamais eu autant de motivation pour une compétition. J’y vais avec l’envie d’être performant et le plus pro possible. En quelques mots, pressé d’y être !” Alors, prêts vous aussi à donner de la voix pour les Jeux Paralympiques ? RDV le 24/08 pour la cérémonie d’ouverture et le 1/09 pour l’entrée du badminton !

NEWS - Les ambassadeurs Solibad aux JO, quels résultats ?

NEWS - Les ambassadeurs Solibad aux JO, quels résultats ?

Il y a de cela une semaine, les Jeux Olympiques de Tokyo se clôturaient pour le badminton. Avec pas moins de 21 ambassadeurs qualifiés aux JO cette année, Solibad était particulièrement bien représenté. Parmi eux, Anders Antonsen, Greysia Polii, Tai Tzu Ying, Michelle Li ou encore nos Français Qi Xue Fei et Thom Gicquel. Retour sur les performances de ces joueurs qui ont porté nos valeurs au plus haut-niveau. Greysia Polii et Apriyani Rahayu en or aux JO de Tokyo Sur la ligne de départ du simple hommes, on retrouvait trois de nos ambassadeurs. Le Danois Anders Antonsen [3], le Brésilien Ygor Coelho et l’Autrichien Luka Wraber. Après une défaite logique contre le Japonais Kanta Tsuneyama [12] et malgré sa victoire face au Mauricien Georges Julien Paul, Ygor Coelho s’arrête en poule. Le badminton américain a continué de rêver à travers le parcours inspirant et inattendu du Guatémaltèque Kevin Cordon, 59e mondial et pourtant demi-finaliste de ces JO. Luka Wraber ne parvient pas à décrocher de victoire mais repart avec de beaux souvenirs en tête. Parmi eux, sa confrontation avec l’ancien champion du monde et futur champion olympique Viktor Axelsen, en affichant un bon niveau de jeu. Plus déçu certainement, le Danois Anders Antonsen [3] repart de Tokyo sans médaille. La faute à l’Indonésien Anthony Ginting [5] qui, au terme de trois sets, 21-18, 15-21, 21-18, s’empare du ticket pour la demi-finale. Quelques regrets certes, mais aussi une première expérience des JO qui devrait donner au Danois encore plus l’envie de performer à Paris en 2024. D’autant plus que son compatriote Viktor Axelsen a montré la voie ici, en décrochant l’or. Toujours en simple mais côté dames cette fois, Solibad comptait encore plus de représentantes. Tai Tzu Ying [2], Michelle Li [9], Busanan Ongbamrungphan [10], Soniia Cheah, Qi Xue Fei, Sabrina Jaquet et Maria Ulitina. Très attendue, la joueuse de Taipei Tai Tzu Ying s’offre une médaille d’argent. Après un très beau combat remporté face à la Thaïlandaise Ratchanok Intanon [5] en ayant été menée et une victoire plus facile contre l’Indienne P.V. Sindhu [6], Tai Tzu Ying s’incline en finale face à la Chinoise Chen Yu Fei [1] sans démériter. Score à l’appui, 21-18, 19-21, 21-18 au bout de 1h21 de jeu. En poule, Tai Tzu Ying s’était imposée sans trop de difficultés, notamment face à la Française Qi Xue Fei et à la Suissesse Sabrina Jaquet. Un tirage au sort compliqué pour ces deux joueuses, avec une seule place qualificative. Qi Xue Fei remporte son match face à Sabrina Jaquet. On en profite pour souhaiter un bon rétablissement à la Suissesse qui s’est malheureusement blessée dès l’entraînement à Tokyo, peu avant le début de la compétition. Logiquement sortie de poule, la Canadienne Michelle Li s’incline en huitièmes face à la Japonaise Nozomi Okuhara et en deux petits sets. Même schéma pour la Thaïlandaise Busanan Ongbamrungphan, défaite par la prometteuse Coréenne An Seyoung [7]. Soniia Cheah et Maria Ulitina ne réalisent pas l’exploit nécessaire pour s’extraire des poules. Chez les doubles, nos ambassadeurs nous ont offert de belles rencontres. À l’image de l’Australienne Gronya Somerville, associée en mixte avec Simon Wing Hang Leung et en double dames avec Setyana Mapasa, elle aussi ambassadrice de Solibad. En mixte, Gronya et Simon ne sont pas passés loin de réaliser l’exploit face aux Indonésiens Jordan/Oktavianti [4], tout comme l’Allemand Mark Lamsfuss associé à Isabel Herttrich, troisièmes de leur poule après des matchs accrochés face à deux paires futures demi-finalistes, Wang/Huang [2] et Tang/Tse. Seuls Selena Piek, Greysia Polii, Hendra Setiawan et Sapsiree Terattanachai s’extirpent des phases de poules en doubles, tous tableaux confondus. La Canadienne Joséphine Wu, le Français Thom Gicquel, la Malaisienne Liu Ying Goh et l’Egyptienne Hadia Hosny ne parviennent pas à franchir cette étape. L’Indonésienne Greysia Polii décroche l’or en double dames avec sa partenaire Apriyani Rahayu, bien encouragée sur les réseaux sociaux et à commencer par plusieurs jeunes de nos programmes en Colombie ! Pour Hendra Setiawan et son partenaire Mohammad Ahsan [2], le beau parcours prend fin en demi-finale, face aux futurs vainqueurs surprises de Taipei Lee/Wang et sans s’imposer face aux Malaisiens Chia/Soh pour le bronze. Cette nouvelle édition des Jeux Olympiques aura apporté avec elle son lot d’émotions, entre l'élimination prématurée du Japonais Kento Momota et le parcours inattendu de Kevin Cordon pour le Guatemala. Des émotions fortes, qui seront à retrouver dès le mois de septembre avec les Jeux Paralympiques de Tokyo. Là encore, plusieurs de nos ambassadeurs ont de belles chances de médailles, emmenés par le Français Lucas Mazur, multiple champion du monde.

Bénévole du mois : Malou Brun

Bénévole du mois : Malou Brun

Ce mois-ci, on se retrouve encore pour notre interview “bénévole du mois”. Qui sait, peut-être que c’est le “club du mois” qui sera mis à l’honneur pour la prochaine édition ? Pour l’heure, c’est Malou Brun, jeune photographe professionnelle de sport pour BadmintonPhoto entre autres, que nous avons choisie de vous présenter. Engagée auprès de Solibad depuis 5 ans maintenant, Malou tient régulièrement des stands sur les tournois. Peut-être l’aviez-vous déjà croisée près des terrains ? Q : Bonjour Malou, merci d’avoir accepté l’invitation. Tu as été choisie par Solibad en tant que bénévole du mois, pour tes nombreuses actions pour nous soutenir. Est-ce que tu pourrais te présenter en quelques phrases pour ceux qui ne te connaîtraient pas encore ? Merci à vous de m’avoir choisie ! Ca me touche vraiment 😊 Je suis Malou, j’ai 29 ans et j’habite sur Nantes. Dans la vie, je suis photographe de sport et formatrice BAFA. Je pratique le badminton depuis une dizaine d’années, en l’adaptant un peu vis-à-vis de mon handicap, mais je joue avec les valides. Q : Comment est-ce que tu as connu Solibad ? (circonstances bad et/ou solidarité, à quelle période) Je rêvais de travailler en tant que photographe pour la FFBaD, alors on m’a redirigée vers BadmintonPhoto. J’ai ainsi fait la connaissance de son Président, Raphaël Sachetat, et de fil en aiguille, il m’a parlé de son asso, Solibad. Sont rapidement arrivés les premiers stands dans ma région et une vraie rencontre avec Raphaël lors des championnats d’Europe en Vendée en 2016, en compagnie d’Hongyan Pi que je connaissais déjà. Q : Est-ce que tu peux nous parler un peu plus en détail de ton bénévolat (à Solibad et ailleurs) Je tiens des stands sur quelques tournois chaque année, souvent les mêmes, car ça permet aux joueurs de savoir que chaque année, je serai présente au moins à tels et tels tournois. Avant j’en faisais beaucoup plus (bien une dizaine par an) car personne ne connaissait Solibad en Loire-Atlantique. Je donne également volontiers mon avis sur certains produits et j’en propose d’autres parfois. J’aime cette ambiance qui règne lors des tournois, le fait de rencontrer des joueurs… Q : Parmi les projets que tu as développés avec Solibad, lequel te tient le plus à cœur et pourquoi ? Développé je ne sais pas, mais j’ai énormément apprécié d’aller sur les premiers Championnats de France de Badminton en sport adapté en 2016, pour Solibad. Une très jolie découverte. Je trouve cela dommage que ces championnats n’aient pas été remis un peu plus en avant les années qui ont suivi. Q : Comment est-ce qu’on pourrait t'aider pour relayer des informations, te donner de la visibilité … ? C’est une bonne question. Peut-être permettre aux bénévoles Solibad de se retrouver une fois ou deux chaque année, sur les IFB par exemple. Faire de la communication visuelle sur ces événements, en profiter pour y faire découvrir les goodies, communiquer davantage avec les clubs et faire en sorte de créer un lien plus privilégié entre clubs, bénévoles Solibad et Solibad. Ce ne sont que des suggestions bien sûr. Q : Ton plus grand rêve ? / Quelles sont tes ambitions pour les années à venir ? (à titre perso et/ou en lien avec Solibad) Améliorer encore mes photographies. Travailler plus sur des Championnats de France en tant que photographe et travailler également pour d’autres fédérations de sports. Et avec Solibad ? Continuer, on verra bien ce que la vie me réserve de ce côté-là, qui sait ! 😉 Q : Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui hésite à s’engager auprès de Solibad ? N’hésite plus ! C’est une expérience très chouette, une belle et grande famille. Questions flash - Ta plus grande fierté ? Avoir réalisé mon rêve : travailler pour BadmintonPhoto et j’espère pouvoir continuer 😊 - Ton meilleur souvenir ? Je n’en ai pas. J’en ai plusieurs. Retrouver les copains Solibad chaque année aux IFB et avoir été sur les premiers championnats de France de sport adapté pour Solibad. - La fois où tu as le plus fait preuve de courage ? Très bonne question. Sincèrement je ne sais pas. Je prends toutes les choses comme elles viennent car si elles ont lieu, c’est qu’elles le devaient, alors allons-y, fonçons ! Que ce soit dans la maladie, comme dans les expériences photographiques ou le reste de la vie. - Le moment qui t’as le plus émue avec Solibad ? / qui t’as le plus marquée ? Ma première vraie rencontre avec la famille Solibad, je ne les connaissais pas, mais j’étais déjà intégrée à 1000% ! Hâte de vivre d’autres moments avec les copains 😊 - Le meilleur conseil qu’on t’ait donné ? On ne m'en a jamais trop donné je crois… je reçois beaucoup de témoignages d’admiration des gens qui m’entourent de loin ou de près, mais des conseils jamais vraiment. Peut-être parce que je n’en ai pas besoin au fond, car ma maladie m’a appris à me battre d’abord par moi-même selon mes besoins, mes envies et à me donner des priorités évidentes pour moi. Mais je remercie mes professeurs en école de Photographie qui m’ont suivie durant ces 4 ans et qui ont su me donner les bonnes bases pour atteindre mon rêve de photographe de sport. Après, je pense que c’est le talent (sans me vanter et d’après les retours) et l’envie qui m’ont permis de le vivre aujourd’hui.

News de l'Indonésie : Bilan encourageant pour 2021

News de l'Indonésie : Bilan encourageant pour 2021

Loin des yeux mais près du cœur, les programmes en Indonésie font partie des projets les plus avancés de Solibad. Avec 269 enfants et adolescents bénéficiaires au compteur le mois dernier, nous profitons de ces six mois écoulés depuis le début de l’année pour dresser un premier bilan de 2021. Une situation globalement en bonne voie mais que la crise sanitaire assombrit peu à peu ces dernières semaines. Parmi les activités développées sur place, le badminton, les bourses d’études et les arts martiaux figurent en tête de liste. Les danses traditionnelles ont également reçu un bon accueil. Les bibliothèques sont quant à elles quasi à l’arrêt. Côté badminton, les nouvelles sont nombreuses. Les jeunes se rendent aux entraînements avec plaisir. De quoi offrir un nouveau rythme essentiel à ceux dont les écoles n’ont pas rouvert leurs portes depuis mars 2020. Heureusement, quelques cours ont lieu en ligne. Toutes les équipes ont d’ailleurs reçu de nouveaux uniformes, floqués conjointement aux logos de Solibad et de Decathlon. Cours en ligne donné depuis la Finlande Petit tour d’horizon sur l’équipe professionnelle Ultimate à présent. Très affectée par la pandémie, la fédération nationale de badminton (PBSI) est devenue inexistante et les classements ont perdu de leur valeur. Les seuls tournois sont désormais privés. Note positive, l’équipe Ultimate a pu continuer “sans rater un jour d’entraînement jusqu’en avril 2021 - début du Ramadan”, nous confie Dominique, responsable sur place. Deux nouveaux joueurs, Anissa et Lutfi, ont été invités dans l’équipe. Et depuis février 2021, Mme Sarwendah, championne du monde en 1990, officie en tant que coach pour l’équipe Ultimate ! Le mois de mai 2021 a marqué un tournant et de nouvelles perspectives attendent plusieurs joueurs de l’équipe Ultimate. À commencer par Novia et Dimas, “les deux grands”, tous deux attendus au Canada comme coachs dans un club réputé de Toronto. Déjà vaccinés, ils devraient partir très prochainement et avec de nombreux rêves en tête. Pour d’autres, le programme de l’équipe Ultimate est mis sur pause pendant quelques temps. Pour causes ? L’approche des fêtes de familles, des examens de fin d’année et des résultats parfois mitigés au vu des sommes conséquentes engagées. Autre point bloquant en Indonésie pour l’équipe de Lakbok. Les activités ont été très nettement réduites des suites de problèmes de politique interne au sein du village et pour lesquels Solibad ne peut pas grand-chose. La bibliothèque et l’équipe de badminton de Lakbok pourraient être fermées si aucun arrangement n’est trouvé d’ici septembre 2021. De petites difficultés qui ne nous font pas baisser les bras pour autant, avec cette récompense d’offrir de nouvelles perspectives à de nombreux jeunes défavorisés. À l’image de Novia et de Dimas bientôt au Canada ou encore d’Ibnu et de Nata à Decathlon Indonésie comme évoqué le mois dernier.

Les France Parabad

Les France Parabad

Tout début juillet se tenaient les Championnats de France Parabadminton 2021 à Carquefou, près de Nantes. Une édition forcément particulière compte tenu de la reprise récente de certains joueurs sur les terrains. Aucun doute toutefois, l’envie de reprendre les compétitions était présente ! Solibad y était bien représenté. Avec son stand sur place tout d’abord. Mais aussi et surtout à travers ses 10 joueurs ambassadeurs pour un total de 18 médailles récoltées. Particulièrement attendue au vu de ses très bons résultats sur la scène internationale, notre championne Faustine Noël a encore confirmé et plutôt trois fois qu’une, s’emparant de la médaille d’or en simple, en double dames avec Lenaïg Morin et en double mixte avec Guillaume Gailly. David Toupé suit le même parcours sans faute en catégorie WH1 (fauteuil roulant). En plus du simple hommes, David est engagé en double hommes avec Pascal Barillon et en double mixte avec Emmanuelle Ott. Associations gagnantes puisque les trois médailles obtenues seront là encore, de la plus belle des couleurs. Mention spéciale pour notre ambassadeur et ex-service civique à Solibad Ceylian Kirchhoffer, qui peut être fier de sa médaille de bronze obtenue en double hommes aux côtés de Thomas Numitor. Des performances qui font plaisir à voir pour nos joueurs en haut de l’affiche et qui ont de quoi donner confiance, à moins de deux mois des Jeux Paralympiques de Tokyo désormais. À noter, les Jeux Paralympiques se dérouleront début septembre, soit un mois après les Jeux Olympiques, avec plusieurs Français attendus : Lucas Mazur en grand favori, David Toupé, Faustine Noël, Lénaïg Morin et Thomas Jakobs. D’ici-là, il ne nous reste plus qu’à leur souhaiter bon courage dans leur préparation !