Bintang Solibad – La merveilleuse histoire de Kholik, 14 ans

Kholik, un jeune adolescent de 14 ans, l’un des “enfants des poubelles” de notre programme Bintang Solibad, prenait le train ce matin pour aller suivre une formation exceptionnelle à l’Anglais pendant 2 semaines. Le seul problème : il ne pouvait pas acheter son billet de train…

Kholik voyageait avec 4 autres adolescents de Bintang Solibad pour cette formation de deux semaines, payée par des sponsors individuels, amis de l’association. Il avait hâte de découvrir cette nouvelle vie pendant 15 jours, loin de son quotidien, tout comme ses 4 copains d’infortune. Il a abandonné l’école, il y a deux ans, pour se consacrer, comme beaucoup d’autres enfants, à la collecte de déchets ménagers. Son village a été créé de toutes pièces en tôles et boue sur une gigantesque décharge dans la banlieue de Jakarta, et ses habitants se nourrissent des déchets qui arrivent par camion quotidiennement. Depuis quelques semaines, Kholik a repris espoir – il a rejoint officiellement le programme Bintang Solibad. Il vient à tous les entraînements de badminton avec une grande assiduité, et en deux mois seulement, ses progrès ont été fulgurants. Il a aussi décidé de reprendre une scolarité normale, grâce aux éducateurs de Bintang, toujours bienveillants envers ces enfants perdus, qui sont suivis, nourris, éduqués, éveillés à la culture, à la musique et au sport grâce aux bénévoles de l’association, en plus de ce programme renforcé de badminton, voué à leur donner les moyens, plus tard, de devenir joueurs professionnels, arbitres ou entraîneurs pour sortir de la misère.

 

 

 

En Indonésie, comme dans bien d’autres pays, il faut une carte d’identité, ou un certificat de naissance pour pouvoir voyager et acheter un billet de train. Kholik n’a ni l’un, ni l’autre. Il est « inexistant » pour son pays, comme tellement d’autres. Mais la chance – pour une fois – était de son côté : il a pu acheter son billet de train grâce à sa toute nouvelle carte de membre du club de badminton de Bintang Solibad. Cette carte, qu’il garde précieusement, est en fait sa seule preuve d’existence. Et aujourd’hui, elle lui a permis de prendre le train. Pour un long voyage – les cinq adolescents devront faire plus de 10heures de trajet, seuls, pour aller jusqu’à Surabaya où ils vont faire leur formation d’Anglais. Ironie due (triste) sort, c’est cette cartede club qui lui a permis de commencer un beau voyage, vers, surement, une nouvelle vie.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, Kholik (avec son manteau noir sur la vidéo) est dans son train… Son histoire est un peu le quotidien de ceux qui gèrent cette formidable fondation « Bintang » à laquelle Solibad s’est associée avec tellement de plaisir. Pour faire résonner le sport autrement. Pour lui donner, encore plus, une signification forte.